Bienvenue sur mon site Internet

Permettez-moi tout d’abord, de vous remercier pour votre visite sur mon site Internet, www.abdelazizbelaid.com.
Je souhaite amplement que ce site devienne également le votre ce qui vous permettera de mieux me connaître et de savoir plus sur mon programme et ma feuille de route. Ce nouveau site me permettra aussi de dialoguer avec vous et de mieux cerner vos attentes sur le future de notre grand pays, l’Algérie.
Dr Abdelaziz Belaid


Abdelaziz Belaïd : « L’arrêt du processus électoral est anticonstitutionnel »

Belaid Abdelaziz estime que « l’arrêt du processus électoral est anticonstitutionnel ». Dans une conférence animée ce matin au siège du parti du Front d’El Moustakbel, Belaid affirme que « opération a débuté et nous n’avons pas respecté les lois de la République et la Constitution. Nous sommes dans une situation non constitutionnelle. Ils ont fait un prolongement et une transition illégale ». Se considérant comme « la première victime » de cette situation, le président du Front El Moustakbel déclare que son parti « quoiqu’il arrive, continue à être attaché à la Constitution, aux lois de la République et à la légalité de la Constitution ». Belaid Abdelaziz insiste et « veut qu’il y ait des élections transparentes régulière en Algérie, car c’est notre unique solution pour la sortie de cette crise», dira-t-il.


Abdelaziz Belaïd : « Je vais me retirer si la candidature de Bouteflika est maintenue »

« Notre décision est de se retirer de la présidentielle si la candidature de Bouteflika est maintenue. La loi a été violée en ce sens qu’on nous a dit qu’il a récolté plus de 5 millions de signatures de citoyens et plus de 19.000 de celles des élus. Comment ? La rue est contre le 5e mandat. Nous voulons entrer dans la course parce qu’on se considère comme une alternative à condition que le président sortant ne soit pas candidat »

On est tous contre la prolongation de mandat du président, contre le report de la présidentielle et contre « l’instauration de l’état d’urgence ». « Parce que cela va à l’encontre des intérêts de l’Algérie et du peuple mais arrange les affaires du pouvoir. Nous voulons que la présidentielle se tienne dans un cadre constitutionnel et que le dossier de Bouteflika soit rejeté par le Conseil Constitutionnel parce qu’il n’a pas respecté la loi. Pour nous, ce conseil et les autres institutions de la République doivent assumer honorablement leurs responsabilités ».

« Nous ne voulons pas entrer dans une période de transition »